jeudi 26 février 2009

Mon étude biblique au GBU

Saloute ! Exceptionnellement de nouveau un article en semaine, concernant la soirée GBU d'hier soir. Parce que hier soir c'est moi qui ai fait l'étude biblique.

La soirée fut assez mouvementée : 2 nouveaux venus, étudiants d'origine Coréenne et parlant difficilement le Français et beaucoup mieux l'anglais (des amis des 3 nouveaux de la semaine dernière qui, eux, se débrouillaient assez bien dans la langue de Voltaire), ce qui nous obligea à faire deux groupes, avec une personne couramment bilingue (William et moi) par groupe. Mais même alors les problèmes n'étaient pas terminés : une des étudiantes Coréennes ne parle pas du tout anglais et très peu français, et par conséquent Moïse, un étudiant Coréen qui est venu pour la première fois la semaine dernière, a dû changer de groupe pour traduire en Coréen pour elle. En résultat, l'étude biblique dans mon groupe s'est faite avec double traduction : moi qui traduisais du français en anglais, et Moïse qui enchaînait en traduisant en Coréen. Bref, hier soir GBU international, et les français étaient même en minorité. Et en plus, Raphaël était mal rasé, et tout le monde l'a remarqué, pas bien ça...

Lire la suite

Mon étude biblique a porté sur Esaïe 53, un texte qui parle des souffrances du Messie pour nous sauver.
En introduction, j'ai parlé d'une anecdote concernant le film La Passion du Christ, de Mel Gibson. J'ai commencé par demander qui avait vu ce film. Moi-même je l'ai vu, et il y a des choses que j'ai aimées, d'autres beaucoup moins. Mais il y a une chose que j'avais entendue dire à propos de ce film, qui m'a marquée : il y a un seul endroit, dans tout le film, où Mel Gibson apparaît directement, ou plutôt où une partie du corps de Mel Gibson apparaît. J'ai demandé si quelqu'un savait. Il s'agit de la scène sur la photo : lorsque Jésus est crucifié, la main qui tient le clou est la main de Mel Gibson. (Il y a des photos où on la voit mieux, mais je n'en ai pas trouvées sur Google, désolé). Mel Gibson a insisté à jouer ce rôle lui-même, pour montrer qu'il s'identifiait à cela, que c'est son péché qui a crucifié Jésus, que c'est à cause de lui que Jésus a dû souffrir et mourir. Je ne sais pas jusqu'où Mel Gibson a vraiment compris ce que Jésus a fait pour lui, quand je vois le reste de ses films je doute qu'il ait compris grand'chose, mais tout de même j'ai trouvé ça extrêmement fort et extrêmement touchant. Ensuite, j'ai rappelé que dans notre "culture chrétienne" (je déteste cette expression, comme si on était chrétien par culture, on l'est par choix individuel), il y a un débat vieux de 2000 ans sur la question : qui a tué Jésus. Au Moyen-Âge on répondait : ce sont les Juifs, et ça faisait un bon prétexte pour leur coller sur le dos tous les maux de la société... Aujourd'hui, nous avons une page de l'histoire récente très lourde en matière d'antisémitisme, donc il est devenu très mal vu de dire que ce sont les Juifs, alors le politiquement correct est plus de dire que ce sont les Romains qui l'ont tué. Mais quand on regarde l'Evangile, il est quand même clair que les Romains ne sont que les exécutants, qu'ils n'ont rien décidé par eux-mêmes. Alors, dans les milieux chrétiens, pour ne pas dire les Juifs, on dit : ce sont les représentants religieux Juifs qui l'ont tué, pas le peuple mais les chefs. Mais Mel Gibson rappelle, par ce geste : ce ne sont ni les Juifs, ni les Romains, ni les représentants religieux Juifs, et ce ne sont pas les Coréens non plus, ni les Français, ni les Arabes ni les martiens, qui ont tué Jésus : c'est moi, c'est toi, c'est toi, c'est mon péché, c'est ton péché. C'est à cause de nous tous qu'il est mort.

Et c'est ce que j'ai voulu montrer par mon étude biblique, intitulée : "Le Serviteur souffrant". Nous avons formé deux groupes et avons discuté ensemble sur les questions que j'avais préparées. Les questions sont relativement nombreuses (19), mais les réponses assez simples, ce qui nous a permis de terminer assez rapidement tout en ayant des discussions très enrichissantes. Les échanges ont montré que chacun a mieux réalisé les souffrances que Jésus a subies pour nous sauver. Pour ceux qui veulent le texte de l'étude biblique, vous pouvez la télécharger en cliquant sur ce lien.

Enfin, en conclusion, j'avais le désir de faire quelque chose de différent de ce qu'on fait habituellement : puisque nous avions parlé de ce que Jésus a fait pour nous sauver, j'ai proposé que quelques personnes volontaires racontent ce que Dieu a fait dans leur vie, comment ils ont compris ce que Jésus a fait sur la croix pour eux. Et comme nous étions un groupe multilingue, j'ai proposé qu'une personne francophone et une personne anglophone le fasse, et plus s'il en restait le temps. Le premier a nous partager son témoignage fut William, qui pendant longtemps avait totalement rejeté Dieu et est passé par de graves difficultés, avant de découvrir que Jésus avait payé sur la croix pour tous les péchés. Ensuite, deux jeunes filles anglophones (dont j'ai malheureusement oublié les prénoms) ont raconté à leur tour ce que Jésus a fait pour elles, leurs témoignages étaient moins, je dirais, extraordinaires que celui de William mais tout aussi touchants. Une d'elles, née dans une famille chrétienne et baignant dans ce milieu depuis toute petite, était prise dans une routine "religieuse" à laquelle elle ne comprenait rien, jusqu'à ce qu'à 14 ans dans un camp elle comprenne que Jésus est mort à sa place et qu'elle l'accepte, et depuis Dieu l'a remplie d'une toute nouvelle chaleur et d'un amour pour lui qu'elle n'avait jamais connue auparavant. L'autre est née elle aussi de parents chrétiens mais qui, parce qu'ils avaient été blessés dans une Eglise par le passé, ne faisaient plus partie d'aucune Eglise : le jour où elle s'est convertie, un pasteur a proposé à tous ceux dont les parents n'étaient pas chrétiens où n'étaient pas membres d'une Eglise de prier pour eux, elle a prié... et le dimanche après, ses parents ont rejoint une Eglise qu'ils n'ont plus quittée depuis !

Voilà pour ce qui est de mon étude biblique. Et je rappelle que j'en ai déjà fait une autre en début d'année, sur Lamentations chapître 3 : vous pouvez la télécharger ici, grâce à ce merveilleux outil informatique qu'est Scribd, que je recommande à tous : il vous permet de mettre vos propres documents à télécharger sur Internet.

3 commentaires:

Dav' a dit…

Merci Phil pour ce compte rendu !

lila a dit…

Ce qui me gêne dans votre interprétation est l'idée que Jésus soit mort à votre place.
Il a été jugé par les juifs parce que justement il demandait l'abolition du Sacrifice à un dieu autoritaire et crucifiant.
Etant donné que Jésus avait parlé au Sanhédrin (le conseil des grands prêtres du temple)de la loi du retour des actes ou Loi du Karma, le Sanhédrin n'a pas voulu prendre le risque de condamner cet homme qui savait tant de choses voilées aux autres. Le sanhédrin a demandé à l'un des espions au sein du groupe de Jésus de le dénoncer auprès des romains sous un autre prétexte. Jésus était habité par une énergie de compassion pour ceux des gêoles romaines et pour ce qu'il ressentait en entrant dans cette prison si semblable à celle que nombre d'entre nous portent dans le coeur. Alors il a prié, et cette énergie à fait éclater des disputes autour de lui, et il a finit par attirer la haine des soldats, qui est l'exact opposé de l'Amour. Jésus était l'aimant de l'Amour Divin sur Terre.Il attirait et guerissait par la qualité de son énergie.
Lorsqu'il est mort son âme remplie d'Amour Inconditionnel est restée pour aider ceux qui voudraient devenir comme lui, porteur du Christ ou Pur Amour Divin. L'âme de Jésus a continué d'évoluer et à fusionner avec le plus haut degré d'Amour, le Logos Christ. (logos est pure sagesse, Christ est le nom de l'Amour pur dans notre conception humaine de l'univers)

C'est à chacun de mettre ses pas dans ce que Jésus a voulu donner au monde : la Paix sans souffrance, sans sacrifice, sans lapidation par les mots ou par les pierres jetées sur le chemin de nos fréres et soeurs en Esprit.

Jésus est mort parce qu'il ne s'est pas défendu, il désirait jusqu'au bout mettre son exemple de non-violence au dessus de sa propre survie, il a mit la vie de son âme au-dessus de son intêret immédiat et personnel, pourtant il venait de se marier avec Marie de magdala, une judéenne élevée en Egypte et son équivalent féminin.

Il n'a jamais pu réaliser l'Amour dans le monde physique, comme prévu. C'est à nous, ces descendants par le Coeur et en esprit de prendre le flambeau de la Paix et d'amener la réalisation de Son Rêve : l'Amour sur la Terre.
Il n'est pas mort pour vous, il est mort par respect pour ce rêve, et vous? croyez-vous que ce rêve sera le vôtre? Vivrez-vous avec l'Amour au Coeur ? Alors oubliez vos souffrances, pardonnez à ceux qui vous ont offensé et aimez-vous avec respect. Bonne journée! Lila

Philip777 a dit…

Bonjour Lila ! Merci pour ton commentaire.

Tu fais très bien de souligner que Jésus est venu pour aimer les hommes, et pour nous apprendre à aimer. Je suis entièrement d'accord avec toi quand tu dis que nous devons mettre nos pas dans ceux de Jésus, et vivre ce qu'il a voulu donner au monde, et c'est ce que je veux faire de plus en plus. Merci de rappeler cette vérité essentielle, et pourtant si souvent occultée (y compris par moi-même). Oui, le rêve de Jésus a été l'amour sur la Terre. Mais pas seulement...

Mais je crois que tu as oublié une chose essentielle : c'est que cet amour parfait, l'amour agapê, est impossible à atteindre par les hommes. En survolant ton blog, j'ai vu des titres comme "l'amour", "la non-condamnation", etc. Valeurs merveilleuses. Mais, honnêtement, es-tu à la hauteur pour les suivre ? Toi qui parles d'aimer, n'as-tu jamais blessé quelqu'un que tu aimais ? J'imagine que oui, parce que par notre nature humaine nous sommes limités, pécheurs. Même si ça froisse notre orgueil de le reconnaître, c'est absolument indéniable : face à Dieu, notre Créateur qui lui est parfait, si saint et aimant, nous ne pouvons subsister devant lui, parce qu'il est beaucoup trop saint pour supporter notre péché. Par sa nature humaine, l'homme, si sage, si aimant ou si spirituel soit-il, est donc perdu, sous le coup de la juste colère de Dieu. Parce que quand on parle d'amour, il faut aussi parler de justice : le mal qui est commis mérite une punition, et passer au-dessus de cette punition ne serait en rien de l'amour. Mais c'est pourquoi, parce qu'il nous aimait et qu'il savait que nous étions égarés loin de lui, Dieu a trouvé une solution : il est lui-même devenu homme en Jésus, et il a apporté aux hommes cet amour qu'ils ne connaissaient pas. Pas une force cosmique abstraite, mais un amour concret, présent en manifesté dans la vie de tous les jours, l'agapê des philosophes Grecs, l'amour qui se donne entièrement sans rien attendre en retour. Et la croix est la preuve suprême de cet amour : Jésus s'est donné tout entier, il a pris sur lui la punition que toi et moi nous aurions méritée, pour nous sauver, et il l'a fait sans rien attendre en retour, parce qu'il savait que les hommes, dans leur immense majorité, rejetteraient son amour. Sur la croix, il a encore aimé ceux qui le crucifiaient, et il a prié pour eux : "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ceux qu'ils font." Mais il n'est pas seulement mort, il est aussi ressuscité, en chair et en os, après avoir pris sur lui notre châtiment il a aussi remporté pour nous notre victoire : la victoire sur le péché, et sur la mort. Aujourd'hui chaque personne a par Jésus la possibilité d'être réconciliée avec Dieu, en faisant cette chose à la fois tellement facile et tellement difficile : se repentir, reconnaître qu'on est pécheur et séparé de Dieu par notre manque d'amour, nos mauvaises actions, et accepter que Jésus a tout accompli en mourant sur la croix à notre place. Il a déjà tout fait pour nous, il n'y a plus qu'à l'accepter. Jésus lui-même l'a dit sur la croix, juste avant de mourir : "Tout est accompli."

J'ai rapidement parcouru ton blog, je le regarderai plus en détail quand j'aurai fini d'écrire ce commentaire. J'ai remarqué que tu t'inspires de toutes sortes de philosphies, religions et mysticismes, de toutes les cultures, et particulièrement de la sagesse d'Extrême-Orient et du bouddhisme. N'étant pas spécialiste de ces philosophies je ne vais pas trop m'étaler sur ce sujet, de peur de dire des erreurs. En tout cas je te félicite pour ta grande culture, et je suis convaincu que dans toutes les philosophies et les religions il y a de très belles valeurs humaines, profondément dignes de respect, et desquelles nous avons énormément de choses à apprendre. Personnellement j'ai eu une période, dans mon adolescence, où je m'intéressais beaucoup aux mythologies des peuples Européens de l'Antiquité (mythologie Grecque surtout, aussi Celte) et j'en ai retiré beaucoup de choses très intéressantes. Mais, pour ce qui est de ma relation avec Jésus, elle dépasse de très largement le domaine philosophique-mystique : c'est une relation personnelle, vivante, comme avec mon meilleur ami. A la différence que mon meilleur ami humain peut toujours me décevoir, même involontairement, mais par contre j'ai la certitude que mon meilleur ami divin, Jésus, ne me décevra jamais. Toutes les philosophies, religions et spiritualités peuvent effectivement apporter de précieux enseignements humains, mais seule une relation personnelle avec Jésus, si tu le reconnais comme ton Sauveur et ton Seigneur, peut vraiment te sauver. Et Jésus lui-même l'a affirmé : "Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père si ce n'est pas moi." (Evangile de Jean 14:6.) Il n'a pas dit être une vérité et un chemin parmi d'autres, il a dit "Je suis LE Chemin, LA Vérité et LA Vie." Il n'a pas parlé de son enseignement, ni de sa sagesse philosophique, mais de lui, de sa personne. Jésus dit : "Je suis la vie."

Une question : si Jésus n'est pas mort pour nos péchés, comment toi comprends-tu ce passage biblique d'Esaïe 53, l'objet de mon étude biblique au GBU ? Tu peux télécharger mon étude dans cet article. Je rappelle que ce texte a été écrit 750 ANS AVANT JESUS ! Les plus grands savants de la religion Juive se cassent la tête sur ce passage, ils ne savent pas où le situer, parce que justement ils n'ont pas su dépasser le domaine de la science et de l'érudition religieuse. A la lumière de la mort de Jésus sur la croix, telle qu'elle est racontée dans les Evangiles, tout ce que ce texte a de mystérieux et d'incompréhensible s'éclaire subitement. Toi, comment comprends-tu ce passage ?

Amicalement,
Philip777 (Un étudiant défend sa foi)