lundi 8 novembre 2010

Le Seigneur des Anneaux

Bonjour chers lecteurs !

J'ai passé ce week-end chez une amie, et samedi soir on a regardé l'Épisode 1 du Seigneur des Anneaux. Ceux qui me connaissent savent que je suis fasciné par l'Univers de Tolkien, j'ai énormément d'admiration pour cet écrivain, qui a réussi à inventer un monde imaginaire, mais pourtant totalement cohérent, avec une géographie qui pourrait exister dans la réalité, des peuples avec chacun leurs coutumes, plusieurs langues totalement inventées mais pourtant avec une grammaire qui tient debout, une histoire de plusieurs siècles... Un génie ! Revoir le film La Communauté de l'Anneau m'a permis de me replonger dans le fabuleux univers de la Terre du Milieu... et là, je me rends compte que je n'ai encore jamais publié d'article à ce sujet sur mon blog ! Alors je me dis qu'il faut absolument remédier à cet oubli au plus vite. Je crée même une catégorie, parce qu'il pourrait y avoir plusieurs articles sur le Seigneur des Anneaux dans le futur.

Lire la suite

Sur les sources d'inspiration de l'auteur, J.R.R. Tolkien, on a dit tout et n'importe quoi. Y compris dans le milieu chrétien. Certains se sont acharnés à absolument vouloir faire du Seigneur des Anneaux, et des autres oeuvres de Tolkien, une grosse métaphore de l'Evangile du début à la fin, voire même un gigantesque projet d'évangélisation. Tolkien était effectivement un philosophe d'inspiration chrétienne : son père étant décédé alors qu'il avait 4 ans, sa mère entre dans l'Eglise catholique contre l'avis de sa famille protestante, et l'élève dans un catholicisme strict, et il est resté catholique profondément pieux tout au long de sa vie, alors même que les catholiques sont plutôt mal vus à son époque au Royaume-Uni. Le meilleur ami de Tolkien était C.S. Lewis, l'auteur des Chroniques de Narnia, et c'est par Tolkien que Lewis, auparavant athée convaincu, s'est converti au théisme puis plus tard au christianisme (un article sur lui est prévu aussi, mais... j'ai tellement d'idées en tête, il faut juste que je trouve le temps de m'y mettre ^^) (L'article sur Lewis a été écrit entretemps, le voici). A-propos de sa rencontre avec Tolkien, Lewis à écrit dans son autobiographie, Surpris par la Joie : "Dès ma naissance, on m'a averti de ne jamais faire confiance à un papiste [càd un catholique], et dès mon arrivée dans l'Université anglaise, de ne jamais faire confiance à un philologue. Tolkien était les deux, et pourtant, je n'ai pas pu ne pas lui faire confiance." Et effectivement, puisque l'auteur était chrétien, on peut discerner plusieurs éléments de sa pensée chrétienne dans ses oeuvres, et faire plusieurs parallèles avec l'Evangile. Les 3 personnages principaux de la trilogie du Seigneur des Anneaux, Frodon, Gandalf et Aragorn, ont tous les deux par moment certains traits de caractère qui ressemblent à ceux du Christ, l'exemple le plus flagrant étant évidemment Gandalf le Gris qui meurt pour sauver le Porteur de l'Anneau du Balrog, et qui revient à la vie et devient Gandalf le Blanc. Tolkien lui-même a expliqué que sa foi chrétienne a été une source d'inspiration pour son oeuvre, et y transparaît plusieurs fois. Malheureusement, ces parallèles se voient beaucoup mieux dans las livres que dans les films... et je pense d'ailleurs que c'est volontairement qu'ils ont été enlevés.

Par contre,
vouloir faire du Seigneur des Anneaux une métaphore chrétienne du début à la fin est faux, et dangereux. Tolkien n'a jamais affirmé ça, il était même en désaccord avec son ami Lewis, parce qu'il trouvait que les symboles chrétiens dans Les Chroniques de Narnia, surtout dans Le Lion et la Sorcière Blanche, étaient beaucoup trop forts. Le Seigneur des Anneaux est un roman de fiction, Tolkien disait que ses oeuvres étaient "des contes de fées pour adultes". Il faut le prendre pour ce que c'est, un roman très bien écrit, une fiction, absolument pas pas une métaphore de quoi que ce soit. Par ailleurs, Tolkien s'est inspiré de la Bible, mais aussi de toutes sortes de mythologies païennes, notamment nordique. La création du monde selon Tolkien (qui est surtout explicitée dans le Silmarillion) est très différente du récit biblique de la Création : le Dieu Créateur, Eru Iluvatar, crée le monde en général, puis confie aux Valar la tâche de continuer la création, en leur confiant à chacun une partie de son Chant. Cette idée ressemble davantage à la conception polythéiste des mythologies germaniques qu'à ce que dit la Bible. De plus, comme Tolkien était catholique convaincu, plusieurs des idées anti-bibliques du catholicisme se retrouvent aussi dans son oeuvre.

De plus, comm
e Tolkien s'inspire de mythologies païennes (et Lewis aussi, plutôt nordique et germaine pour Tolkien, plutôt celte et grecque pour Lewis), il y a dans ses oeuvres des elfes, des nains, des mages et des sortilèges. Ce qui fait que, alors que certains chrétiens ensensent le Seigneur des Anneaux et le font passer pour une "oeuvre chrétienne" (quelle absurdité qui dégoûterait son auteur !), d'autres le condamnent et le rejettent en bloc parce qu'il parle de magie. Contrairement aux absurdités qu'on peut entendre parfois, Tolkien n'a JAMAIS été attiré par l'occultisme et la sorcellerie, au contraire, il a toujours très clairement averti ses amis contre les dangers de ces pratiques (alors que beaucoup d'intellectuels britanniques de son époque s'intéressaient à ces choses). Mais il était professeur de littérature, et donc il connaissait très bien les différentes mythologies desquelles il s'inspire, et même s'il ne pouvait pas approuver leur côté spirituel, il admirait énormément la richesse littéraire et culturelle de ces légendes, et c'est de cette richesse qu'il s'est inspiré dans son oeuvre. Est-ce qu'on peut pour autant considérer comme acceptable une histoire qui met en scène de la sorcellerie ? A ce niveau-là, je pense qu'il s'agit en grande partie d'une question de sensibilité personnelle : certains seront très sensibles à la magie et ça les mettra mal à l'aise, alors que d'autres sauront apprécier l'histoire, et même en tirer des idées bibliques, sans que le côté magique ne leur pose aucun problème. Si les livres du Seigneur des Anneaux ne me posent personnellement aucun problème, c'est vrai que certaines scènes du film, qui n'ont aucun parallèle dans la livre, me gênent beaucoup, je pense notamment à la scène du combat entre Gandalf et Saroumane au début de la Communauté de l'Anneau, ou encore à celle de la création des Uruk-Hai par Saroumane.

Bref, en conclusion je dirais qu'il faut tout simplement savoir trouver l'équilibre entre idéaliser l'oeuvre de Tolkien, et la diaboliser. On peut remarquer quelques parallèles avec l'Evangile voulus par l'auteur, et s'en réjouir et y réfléchir, sans chercher à voir la Bible partout. On peut laisser de côté les idées anti-bibliques qui s'y trouvent, tout en se rendant compte qu'il s'agit d'une oeuvre de fiction.
Et surtout, on peut apprécier l'histoire, fascinante, pleine de suspense et de rebondissements, et admirer le génie de son auteur.

6 commentaires:

petiteetoilesadique a dit…

Très bon article mon ami!
Mais dis-moi, en quoi la scène du combat de Gandalf et la naissance du monstre te dérangent?
par ailleurs, je ne sais pas s'il s'agit uniquement de moi mais la scène de la mort de Borormir, abattue par de nombreuses flèches et qui malgré cela continue à vivre me rappel l'histoire d'une sain très prisé des catholiques: Saint Sébastien.

Philip777 a dit…

Elles me dérangent surtout dans la mesure où ces scènes sont totalement absentes du livre (donc de la pensée de l'auteur) et que, surtout pour le combat entre Gandalf et Saroumane, elles me mettent tout simplement mal à l'aise sans que je puisse trop définir pourquoi... totalement subjectif évidemment je l'admets. En tout cas, je me demande si ces scènes ne sont pas inspirées directement du monde occulte... Pour les Uruk-Haï, dans le livre il s'agit tout simplement d'une nouvelle sorte d'orcs particulièrement puissante que Saroumane a dressés pour qu'ils puissent se déplacer aussi le jour, et le film improvise totalement en en faisant un croisement entre des orcs et des gobelins.

Pour Boromir et Saint Sébastien, je n'y avais pas du tout pensé, mais effectivement c'est tout à fait possible. Comme tu le sais je connais moins bien le catholicisme que toi. Un article sur Boromir est prévu en tout cas ^^.

Christ Comics a dit…

Merci pour cet article d'un passionné, qui montre qu'être croyant n'empêche ni l'esprit critique, ni la mesure, ni un goût pour la culture profane actuelle... Des notes comme cela, d'intérêt général, on en redemande.

Fraternellement,

Dubois a dit…

Je suis du même avis que Christ Comics Bravo bon article. Pour ma part, j'ai rencontré Jésus lorsque le 2ème film "les 2 tours" je crois est passé au cinéma et... j'ai su simplement qu'il ne fallait plus que j'aille voir les suites des Seigneurs des Anneaux. Je crois qu'on doit être à l'écoute de ce que dit L'Esprit à notre esprit et ne pas le froisser. J'aime beaucoup ce genre de film et mon coeur en redemande mais je suis très sensible dû à mon passé et mes ancêtres tous ce qui touche la sorcellerie et je paie cher le fait de me laisser imprégner d'images et de paroles violentes. Mais à chacun en effet d'être responsable et vigilent à protéger son esprit des influences néfastes du monde comme il en serait d'autres choses comme la cigarette.. la mal bouffe ou internet non ?
Encore bravo pour ta critique!!! Continue !!!

Akache Busiah a dit…

Excellent article! Et j'applaudi ton ouverture d'esprit concernant le monde de l'Heroic Fantasy.

Rappelons juste pourquoi Tolkien a voulu écrire une fresque aussi imposante : il voulait donner à l'Angleterre une mythologie bien à elle, car il sentait qu'il manquait quelque chose dans la construction de l'identité anglaise. En effet, à la différence des grecs, italiens ou scandinaves, les anglais n'ont pas un mythologie à eux (en tout cas, aucune qui aurait été mise par écrit avant les invasions romaines et plus tard saxones). Du coup, il a puisé aussi bien dans les mythologies nordiques que dans les chants traditionnels celtes pour concevoir SA mythologie anglaise.

Sinon, pour la création des Uruk-Haï, elle est bien présente dans le livre (même si elle se réduit à deux ou trois lignes). Si elle est aussi bien mise en avant dans le film, c'est à l'initiative du réalisateur, qui a voulu faire un commentaire sur la manipulation génétique et le clonage (rappel : le film est sorti en 2001, et était donc en préparation plusieurs années avant. A la fin du 20e siècle, les manipulations génétiques était un sujet en vogue). D'ailleurs, au cours de la trilogie - ATTENTION SPOILER - on voit les uruk-haï se dégrader physiquement (les cheveux blanchissent notemment). Personnellement, cela ne me dérange pas, car ça va dans le sens des livres (qui alertait sur les dangers de l'industrialisations et la perte du contact avec la Nature). Maintenant, est-ce que l'intention du réalisateur a été comprise? Là, c'est vraiment subjectif.

Sinon, je vous invite à visiter cet article que j'ai écrit, sur les adaptations en film de la trilogie de Tolkien AVANt celle de Peter Jackson : http://akachebusiah.blogspot.fr/2012/12/lord-of-rings-le-film-quon-failli-voir.html

abderazak benkajjane a dit…

Bonjour, j'aimerai savoir si vous avez un jour l'occasion de lire un article ou un livre sur l'islam. Avez-vous déjà été renseigner sur cette magnifique religion?, j'en doute, essayer maintenant seulement de visiter ce site http://www.islam-guide.com/fr/ vous aurez une autre vision, je vous le jure,essayer donc vous n'allez pas le regretter.
un ami: amazigh muslm